L'INTERVIEW
FB_IMG_1625702809687.jpg

Crédit photo: Fabrice Montjean

PATRICIA YANG: "MES ACTIONS AUJOURD'HUI NE SONT NI PLUS NI MOINS QU'UNE REVANCHE SUR LA VIE." DANS AHOU ATTITUDE MAGAZINE

D'origine cambodgienne, Patricia Yang est née en décembre1980, en Thaïlande, dans un camp de réfugiés, sous une tente de la croix rouge américaine, ses parents décident de fuir le pays, alors en pleine guerre et arrivent en France, alors qu'elle a à peine 1 an. Aujourd'hui, artiste et animatrice TV connue sous le nom de Chancey (qui est un diminutif de son prénom d'origine, Chan-serey), elle se confie à Ahou Attitude Magazine et nous parle des étapes par lesquelles elle est passée et des obstacles rencontrés sur son parcours qui ont participé à faire d'elle, au quotidien, cette femme forte, courageuse et authentique, qu'elle a choisi d'être.

 

Entretien réalisé par Annick N'Guessan

1- Pouvez-vous, vous présenter et nous parler de votre enfance ?

J'ai 40 ans. Mes parents ont dû se battre pour tout construire et nous donner à moi, mes 2 sœurs et mon frère, une vie à l'abri du besoin. Je suis très reconnaissante et fière d'eux et c'est leur force qui m'inspire. C'est pour cela qu'aujourd'hui, j'estime que je n'ai pas à me plaindre et que tout est possible en se battant et en se donnant les moyens. Quoique je fasse, ce n'est finalement pas grand-chose, à côté de ce qu'ils ont accompli. Pourquoi hésiter ? Autant foncer, qu'a-t-on à perdre finalement ? On a tout à gagner en osant, et ça, c'est ma philosophie de vie !

2- À partir de quel âge avez-vous eu conscience de votre féminité ?

 J'ai eu vraiment conscience de ma féminité passé la trentaine, où là la "femme" en moi naissait et plus "la jeune fille" qui savait déjà être coquette, mais là c'était différent, j'étais plus mature, plus sûre de moi.

20210708_021203.jpg

Crédit photo: Fabrice Montjean

" LA PERIODE LA PLUS DIFFICILE POUR MOI, A ETE MON ADOLESCENCE. JE N'ETAIS PAS DANS LES NORMES, TROP PETITE, TROP PETITE, TROP GROSSE, PAS ASSEZ TENDANCE, ON SE MOQUAIT DE MOI."

3- Quel est votre tenu fétiche ? En quoi participe-t-elle à l’affirmation de sa féminité ?

 

 Ma tenu fétiche est une petite robe de soirée noire, moulante avec des dentelles . Elle participe à l'affirmation de ma féminité car elle fait à la fois sexy et classe.

Crédit photo: Bruno Zaia

4 - Quels ont été les moments les plus difficiles, qui vous ont marqués sentimentalement, socialement ou professionnellement ?


Les moments qui m'ont été difficiles sentimentalement, furent la période où je m'épanouissais en tant que femme, ou j'affirmais cette féminité en faisant des shootings photos, où je mettais en avant ce qu'enfin, j'assumais et la façon dont je me sentais libre et vivante. Le revers de tout cela, est que le message de ce droit que je me donnais d'être femme, a fait de moi, une personne convoitée, mais de façon malsaine, malgré moi. Je ressentais tout ça et c'était difficile à vivre. Mais il était hors de question pour moi de m'empêcher d'être cette fille sexy de peur d'être jugée.

FB_IMG_1625702833291.jpg

Crédit photo: Bruno Zaia

Je me suis dit tant pis, les gens pensent ce qu'ils veulent, je sais qui je suis, et s'ils ne le voient, c'est qu'ils ne me méritent pas. J'ai eu du mal à trouver mon prince charmant, mais il est enfin arrivé et on va vers nos 6 ans ensemble.

Socialement, la période la plus difficile pour moi, c'était mon adolescence, je n'étais pas dans les normes. J'étais trop petite, trop grosse, pas assez tendance. On se moquait de moi. Mes actions, aujourd'hui, ne sont ni plus ni moins qu'une revanche sur la vie.

20210708_021142.jpg

Professionnellement, en tout cas au niveau artistique, ce qui a été le plus difficile pour moi, c'est de tomber sur une gente masculine qui mélange tout. Ces hommes te parlent de projet pour au final essayer "le et plus si affinité", et quand justement cette affinité ne se présente pas, il n'y a, comme par hasard, plus de projet. C'est vraiment usant et décevant. Heureusement, la gente féminine est là pour rattraper le coup ! N'est ce pas Annick, et oui, car c'est avec toi que professionnellement parlant, j'ai pu accomplir de vraies choses très enrichissantes et épanouissantes.

5- Qu'elles sont les challenges d'une mère célibataire?

Les challenges d'une mère célibataire, c'est de tout gérer seule, le travail, l'éducation des enfants, la gestion d'un habitat, des factures, sans s'oublier dans tout ça ! Car pour être une mère accomplie, il faut avant tout être une femme accomplie. Il faut avant tout savoir s'occuper de soi, avant de vouloir s'occuper du reste. Cela n'est pas évident, mais c'est important de ne pas s'oublier. Ce pourquoi, je laisse exister ma vie artistique. Elle m'épanouit et cela fait partie de moi tout simplement.

FB_IMG_1625702822401.jpg

POUR PLUS D'INFORMATIONS SUR PATRICIA YANG, CLIQUEZ CI-DESSOUS:

 MEDIAS SOCIAUX :

6- De quoi êtes‐vous la plus fière et comment vous définiriez vous aujourd'hui ?

Aujourd'hui, je suis fière d'assumer mes envies et de me laisser le droit et la chance de vivre ce que j'ai à vivre. Je me définirais comme une personne libre tout simplement.

7- Quelle attitude adoptez-vous au quotidien pour booster votre confiance en vous ?

Au quotidien l'attitude que j'adopte pour booster ma confiance en moi est de m'écouter avant tout. Si mon cœur me le dit, alors c'est la bonne décision.


8- En quoi, prendre soin de soi au quotidien est primordial ?

Prendre soin de soi au quotidien est primordial, cela montre et donne une estime de soi. On prend soin de soi, on s'estime, et parce qu'on s'estime, alors on prend soin de soi, c'est un cercle vertueux. Et lorsqu'on a ce self estime, on ne la cherche plus chez les autres, qui ne nous la donnent pas forcément. Cette quête n'est plus nécessaire et cela permet d'être finalement en paix avec soi. 

20210708_021240.jpg

Crédit photo: Bruno Zaia

"DANS L'INDUSTRIE MUSICALE, UNE FEMME DOIT ETRE, EN PLUS DE SAVOIR CHANTER, PHYSIQUEMENT IRREPROCHABLE."

9- Quel regard portez-vous aujourd'hui sur les femmes, qui sont de plus en plus émancipées, et présentent dans tous les domaines de la société ?

Avant tout, j'ai un regard admiratif sur les femmes. Je pense qu'en tant que femme, il faut aller au-delà des préjugés pour se faire valoir. Certaines ont pu accéder à un rang et aux places qu'elles n'avaient pas auparavant et ça a ouvert une vrai porte pour toutes les autres. 


10- Selon vous, quelle est la place des femmes dans l'industrie musicale ? Il, y a-t-il une Inégalité entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture ?

Selon moi, oui, les femmes ont bien sûr une place dans l'industrie musicale de par leur talent, leur énergie, leur émotion. Cependant, il est vrai qu'il y a quand même une inégalité aujourd'hui. Un exemple, le fait est que l'industrie musicale, une femme doit être, en plus de savoir chanter, physiquement irréprochable. Une exigence que l'on sait est moins importante chez les hommes.

20210708_021127.jpg

11- À quoi sont confrontées les femmes dans le monde de l'industrie musicale ?

Dans l'industrie musicale, les femmes sont confrontées à la convoitise non-professionnelle et malsaine de certaines personnes, comme je l'expliquais précédemment. Je ne dis pas que ce phénomène est récurrent, mais c'est un risque malheureusement fréquent qui peut aussi toucher des hommes. C'est ce qui m'a conduit à rester loin de tout ça pour continuer de chanter tranquillement, pour le plaisir, en partageant ma musique sur les réseaux sociaux.

"MA PLUS GRANDE PEUR EST DE NE PLUS REVER DE RIEN, MES REVES SONT LES MOTEURS DE TOUTES MES ACTIONS!"

FB_IMG_1625702809687.jpg

Crédit photo: Fabrice Montjean

12- Outre votre carrière de chanteuse, vous avez été une animatrice télé, avez-vous, déjà été face à des comportements sexistes en tant que femme dans ces milieux ? Si oui, pouvez-vous me donner une anecdote?

Malheureusement, je dirais que oui, je travaillais en co-animation d'une émission et le problème est que quand on plaît à l'autre, mais que ce n'est pas réciproque, quand l'autre sait qu'il n'y aura pas suite, il devient de mauvaises fois, moins sympathiques et le travail devient insupportable. Pour moi, c'est viscéral, je ne supporte pas le fait qu'en tant que femme, je me retrouve dans ce genre de position qui n'a pas lieu d'être dans un milieu professionnel. Des situations, où je me sens mal à l'aise, comme si je devais quelque chose. C'est la raison pour laquelle j'ai décidé d'écourter mon contrat avec cette chaîne.


13- Quelles sont vos plus grandes peurs ?

Ma plus grande peur est de ne plus rêver de rien, mes rêves sont les moteurs de toutes mes actions!

"JE N'ECOUTE PAS LES AUTRES, NI MES PEURS, J'ECOUTE MON COEUR." 

14- D'où tirez-vous votre force ?

 
Je tire ma force de mes parents, ils se sont toujours battu, leur combat le plus marquant a été pour leur survie, et grâce à eux, je suis là aujourd'hui, je leur dois bien ça !


15- Quelle est votre philosophie de vie, ce qui compte vraiment pour vous ?

Ma philosophie de vie, c'est "Qui vivra verra" nul ne peut nous dire ce que l'on est capable de faire ou pas, on ne le sait pas soi-même. Le seul moyen de savoir, c'est de le faire ! Alors je n'écoute pas les autres, ni mes peurs, j'écoute mon cœur.

20210708_021222.jpg

Crédit photo: Fabrice Montjean

16- Quels conseils donnez-vous aux femmes qui tiennent à réussir dans le milieu de la musique et de l'audiovisuel ?

Le conseil que j'ai à dire à ces femmes, c'est de toujours garder sa dignité et son estime de soi avant de prendre une décision. Il faut faire attention à un rêve qui peut peut-être mener en enfer, suivre son instinct, et même son instinct de survie. Être sur ses gardes et ne pas croire toutes les paroles qui vendent monts et merveilles.


17- Le mot de la fin ?

Mon mot de la fin est : "faites ce qui vous rend heureux !"