Cécile Levee: " Ne vendez jamais votre dignité et votre intégrité pour de l'argent"

Personnage principal du célèbre clip vidéo Cherish du groupe mythique "Kool & The Gang", Cécile Levee est une femme talentueuse de l'industrie jamaïcaine de la mode, née en Jamaïque. Durant sa carrière, elle est apparu dans des séries telles que le Cosby Show, a fait la Une de plusieurs grands magazines tels Black Hair et a été vu dans les parutions Ebony, un magazine à destination du public afro-américain, créé à Chicago par John H. Johnson. Femme pluridisciplinaire, est également l'auteure du livre primé, pour les enfants, "Please Don't Touch My Tomato" , un livre sur la pédophilie 'S'il vous plaît, ne touchez pas à ma tomate' utilise la tomate comme métaphore du vagin et est destiné à lancer une conversation sur ce crime odieux, généralement commis par des membres de la famille ou des amis proches de la famille, qui encourage les enfants à parler de leurs agresseurs. Elle nous raconte son parcours et nous fait part de son expérience dans l'interview AHOU ATTITUDE MAGAZINE.




Interview available in: English Click here:


Entretien réalisé par Sunday Alaby





Parlez-nous de votre enfance en Jamaïque ? Quels moments importants ont marqué cette période de votre vie ?


L'enfance en Jamaïque à mon époque représentait la liberté, l'insouciance et l'innocence. Les moments importants sont que, à cette époque, c'était vraiment un village qui vous élevait, tout adulte pouvait vous enseigner la discipline en vous corrigeant et vous avez intérêt à être respectueux envers tous les adultes. On s'attendait à ce que les comportements soient corrects chez les jeunes femmes.


Petite fille, de quel avenir rêviez-vous ?


Avoir des maisons dans le monde entier, pouvoir passer mon temps à voyager et j'ai encore ce rêve.





Quelles valeurs vos parents vous ont-ils transmises ?


Estime de soi, estime de soi et confiance!


Le prénom Cécile a-t-il une signification particulière ? Vos parents vous donnaient-ils un surnom ? Si oui lequel ?


J'ai été nommé d'après l'unique sœur de mon père. Je n'ai aucun surnom


Adolescente étiez-vous plutôt insoumise ou renfermée ?


Ni rebelle ni réservée. J'étais franc, extraverti, impertinent et combatif. J'ai confiance en moi.





A partir de quel âge avez-vous eu le droit de sortir avec un garçon ?


Mes parents auraient peut-être préféré que ca se fasse à mes 21 ans. Je ne me suis pas rebellée, mais je n'ai pas obéi.


Adolescente, rêviez- vous de réussir dans le monde des affaires ?


Oui, j'ai toujours eu ces visons d'être la patronne, la propriétaire, la décideuse. Pendant longtemps, mon rêve a été d'être avocate mais la vie s'est mise en travers et c'est mon côté créatif qui a gagné.



" IL Y A ENCORE DES PROBLEMES D'INTEGRATION INDIVIDUELLE, MAIS EN TANT QUE PAYS, NOUS SOMMES UN EXEMPLE D'AUTONOMISATION DES FEMMES."



Comment définiriez-vous la culture jamaïcaine ?


La culture jamaïcaine est contagieuse, elle est unique, elle trouve de l'humour dans les moments les plus difficiles. Elle fait partir de ces cultures à expérimenter pour être comprise. Notre devise est celle de plusieurs personnes et une de nos citations célèbres est: “ We Likkle but we tallawa”, ce qui signifie que nous sommes petits mais puissants.


Définissons pour nous la femme jamaïcaine en général ;


À côté du mot résilient dans le dictionnaire se trouve une image de la femme jamaïcaine. Forte, intrépide, sensée, intelligente, fournisseuse, guerrière.




Comment voyez-vous votre pays ? Quelle est la place des femmes dans la société jamaïcaine ? Les inégalités entre hommes et femmes sont-elles importantes ? Les femmes rencontrent-elles des problèmes d'insertion professionnelle ?


- Troublé.

Les femmes jouent un rôle très important dans la société jamaïcaine, un nombre important de ménages sont dirigés par des femmes, qu'elles soient mères ou grands-mères.

L'inégalité est très importante mais en Jamaïque le pourcentage de femmes cadres est d'environ 59,3%. Et nous avons également le pourcentage le plus élevé de femmes managers au monde, les États-Unis se classant 15e et le Royaume-Uni 41e.

Je suis sûr qu'il y a encore des problèmes d'intégration individuelle, mais en tant que pays, nous sommes un exemple d'autonomisation des femmes.





Dans quel domaine vous engagez-vous socialement ? Pourquoi les femmes se marient-elles jeunes dans votre pays ?


Contrairement à la croyance populaire, les femmes jamaïcaines ne se marient pas jeunes. Elles ne veulent pas dépendre forcément du mariage. Nos femmes sont leader au monde vis à vis de l'attente pour se marier. Nous avons la moyenne d'âge la plus âgée d'environ 33,2 ans.




" LA VIE DE COUPLE EST UN TRAVAIL DE TOUS LES JOURS… IL RESPECT MON ETRE ET CE QUE JE SUIS, SANS CHERCHER A M'APPRIVOISER."








Pourquoi est-il important pour vous de soutenir les femmes dans le secteur de l'entrepreneuriat ?


Le soutien de tout le monde est important, pour les femmes, il s'agit parfois d'un accès moindre aux opportunités financières. Et qui parmi nous n'a pas reçu d'aide ou de soutien en cours de route. « Celui qui aide/béni sera aider/béni à son tour ».


Donnez-nous le nom d'une femme qui a inspiré votre carrière.


Oprah, les femmes de Martha Stewart qui ne fixent aucune limite à qui ou à ce qu'elles pourraient être. Ils ont construit des empires en se servant d'eux-mêmes comme marque. Je veux que ma société "Cecile Levee Lifestyle" soit sans limite.





Vous avez mûri, en plus des valeurs inculquées par vos parents, quelles sont vos valeurs de femme aujourd'hui ?


La gentillesse et l'intégrité ne se démodent jamais.


A quel âge vous êtes-vous marié ? Comment définiriez-vous la vie de couple ? Que vous a apporté l'homme qui partage votre vie ?


J'ai épousé Kevin à 33 ans, donc 26 ans et plus. La vie de couple est un travail en cours. J'ai confiance qu'un jour il réussira, en particulier dans la partie 'obéir'. Il est le père de nos 2 belles et merveilleuses filles Kennedy et Spencer. Kevin apporte le calme, l'équilibre, le rire et bien sûr il respecte mon être et ce que je suis, sans chercher à m'apprivoiser. Il soutient ma joie de vivre.



"QUAND VOUS DEVEZ ETRE L'EXEMPLE POUR VOS ENFANTS ET POUR VOUS-MEME, VOUS N'AVEZ PAS D'AUTRE CHOIX QUE DE VOUS BROSSER LES DENTS ET DE REVENIR DANS LE JEU, MEME SI C'EST D'UNE MANIERE DIFFERENTE. "



Vous êtes une mère, une femme d'affaires influente et reconnue internationalement. Est-il facile de concilier une vie de famille avec un travail qui implique de si grandes responsabilités ?


Équilibrer la vie de famille et un travail n'est jamais facile pour personne. Il y a toujours tellement de culpabilité et il y a toujours ces: " ai-je passé assez de temps, est-ce qu'il manque un match" qui va les transformer en épaves. La culpabilité ne diminue jamais, mais vous faites de votre mieux et ensuite vous priez. Heureusement, j'avais déjà ma propre entreprise lorsque mes deux filles étaient bébés, je pouvais donc les emmener au travail ou prendre congé autant de temps que je le jugeais nécessaire. J'étais une maman qui allaitait, donc elles étaient un peu comme mes cartes American Express " Ne partez pas sans elles". Mais quand elles ont pris de l'âge, j'ai commencé à leur inculquer l'indépendance.




Avez-vous déjà eu envie d'abandonner ? Pouvez-vous nous donner une anecdote ? Qu'est-ce qui vous a permis de ternir et de continuer à avancer ?


Tout le temps, mais pas longtemps car je m'ennuie facilement. Lorsque vous perdez une entreprise dans laquelle vous avez tout investi et qu'elle se replie en raison d'une récession et que vous vous retrouvez endetté et que des années plus tard, vous refaites la même entreprise à un endroit différent et que juste au moment où vous la faites décoller, une pandémie frappe, c'est déjà-vu; vous voulez sans aucun doute abandonner. Mais quand vous devez être l'exemple pour vos enfants et pour vous-même, vous n'avez pas d'autre choix que de vous brosser les dents et de revenir dans le jeu, même si c'est d'une manière différente.

Et je m'ennuyais, mais tu continues à te dire que le voyage de mille kilomètres commence par un pas.





Votre profession est-elle considérée comme "un travail d'homme" en Jamaïque ?


Je n'ai pas encore défini mon métier (je pense que c'est multipotentiel) donc je ne sais pas qui devrait le faire.


Comment vous définissez-vous ? Quelle femme se cache en vous Cécile ?


Créatif. Un milliardaire.


Quel est votre rituel beauté de femme d'affaires aujourd'hui ?


Douche et brillance. Et bien sûr du rouge à lèvres.




Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui comme vous veulent réussir dans le monde des affaires ?


Ne prenez pas tout personnellement et ne vendez jamais votre dignité, votre intégrité et votre estime de soi pour de l'argent. Et vous pouvez dire non sans aucune explication ni excuse.



"KINGSTON, ITS BUSY AND BUSTLING BUT THAT'S THE ENERGY AND HEARTBEAT OF JAMAICA."



S'il y avait quelque chose à refaire dans votre cours, que referiez-vous ?


Vivre à Paris pendant quelques années en tant que jeune femme, ce qui m'aurait permis de parler couramment la langue. Mais il est encore temps d'en faire une réalité, c'est sur ma liste de choses à faire.





Enfin, faites-nous voyager. Quels sont les deux sites que vous conseilleriez à nos lecteurs de visiter lors d'un séjour en Jamaïque ?


Kingston, c'est animé, très animé, c'est l'énergie et le rythme cardiaque de la Jamaïque. Et le restaurant de mon amie Annakaye Tomlinson, Miss T's Kitchen, pour une authentique cuisine jamaïcaine à Ocho Rios.





Le dernier mot ?


Soyez gentil, c'est notre responsabilité.



Merci




Entretien réalisé par Sunday Alaby




POUR PLUS D'INFORMATION SUR CECILE LEVEE, CLIQUEZ CI DESSOUS:












26 vues0 commentaire