Lauranza Doliman: " Petite, à l’école, j’ai connu le harcèlement, le rejet "

Lauranza Doliman Miss Guadeloupe International 2003, Miss World Elegance 2003 Formatrice, consultante coach et expert en image à la tête du cabinet Harmony Coaching est née en Guadeloupe. Elle est le fruit du métissage d’une mère indienne et d’un père mulâtre tous deux Guadeloupéens. Fière de ses origines, la jeune femme est aujourd’hui mariée à Pascal BICHARA-JABOUR (Avocat), avec qui elle a formé une famille recomposée, maman d’une jeune fille Prashanti de 16 ans issue de son 1 er mariage et d’un garçon Enzo de 6 ans « SES AMOURS ». Elle explique à AHOU ATTITUDE comment son parcours atypique et les expériences difficiles qu'elle a traversé ont impacté de manière constructive son propre développement personnel.





Ainée d’une fratrie de 7 enfants, elle a eu très tôt les responsabilités d’une maman et d’une chef d’entreprise. Elle s’occupait de ses frères, de sa sœur, aidait sa mère à faire le ménage la cuisine tout en prenant soin de sa famille. Déjà très jeune à l’âge de 9 ans elle entreprenait en commercialisant sur les plages des hôtels du Gosier dans son panier en osier des pâtisseries locales préparées par son père (boulanger/pâtissier) et parfois des maillots de bains. Etudiante, elle avait toujours une activité pendant les vacances scolaires pour gagner son argent de poche afin d’aider ses parents et financer par elle même ses frais scolaires et autres.

Entretien réalisé par Annick Nguessan





Pourriez-vous nous décrire votre enfance votre parcours familial et scolaire ?

J’ai vécu des moments très difficiles et douloureux, mes parents se sont séparés, ce qui avait engendré beaucoup de turbulences, de souffrances…

Comme un caméléon, je m’adaptais tant bien que mal, à toutes les situations, j’ai pu des années plus tard explorer tout cela en thérapie et y mettre un mot : résilience !

J’avais fait preuve de résilience et d’adaptation pour surmonter sans laisser paraître ma souffrance, et mes cicatrices.


A tenter de m’intégrer tant bien que mal, car petite, à l’école, j’ai connu le harcèlement, le rejet de certains camarades qui par méconnaissance ne savaient apprécier la différence avec bienveillance.

Pourtant, j’avais toujours la joie de vivre à communiquer à tous, sans distinction, ce décalage avec mon environnement, à vivre et ressentir intensément, à observer et voir en profondeur ce que les autres ne voyaient pas. Il me semblait toujours plus important d’être à l’écoute des personnes autour de moi, qui souffraient en silence, leur venir en aide était ma mission, leur transmettre un sourire, de l’espoir, de l’amour pour leur permettre de se

dépasser et d’avancer sur leur chemin de vie malgré les problèmes qui paralysent parfois. Avec toujours ce sourire aux lèvres tel un message d’espoir envers le fatalisme.





Pour ce qui est de ma scolarité, j’étais une bonne élève selon mes professeurs, bavarde mais très discrète et timide, j’avais du potentiel comme me l’avait martelé mon professeur de français Mr VERIN au collège, lui qui contestait mon choix d’orientation… Car j’avais voulu m’orienté vers le Tourisme - l’Hôtellerie Restauration, un choix pour me rapprocher de ma mère qui avait autrefois effectué le métier de la restauration. J’éprouve de la gratitude envers tous mes professeurs et enseignants car ils ont su m’accompagner et me transmettre leur savoir, j’ai en mémoire : Mr JEANNE, Mme Nicole LAROCHE, mon professeur d’anglais Mme Dominique SAINT-HILAIRE, mon professeur de musique Mr Roger LUREL dans ces cours je pouvais m’évader l’esprit, Mme WASMER pour sa rigueur et sa bienveillance à transmettre les connaissances essentielles pour pratiquer le métier de Consultant-Coach avec éthique et déontologie, Jean-Marc CONSTANT du centre de formation aux métiers de la relation d’aide le Dôjô, ils sont nombreux et se reconnaitront : MERCI INFINIMENT !


Bien que n’ayant pas eu confiance en moi à l’époque, j’avoue, que je parvenais à m’adapter et être compétente dans certains domaines, polyvalente, autodidacte, malgré mes doutes, je me surprenais moi-même. Après mon expérience professionnelle dans l’aérien au sein d’une compagnie nationale, et, à l’issue de ma participation au concours de Miss Monde, j’ai privilégié le choix d’entreprendre pour être libre, gérer mon temps, transmettre des valeurs constructives, avec toujours cette quête de sens, d’équilibre et d’éthique.



"POUR CERTAINES MISS C'EST UN TREMPLIN

AFIN DE POURSUIVRE DANS LE MILIEU DU SHOWBIZZ, MANNEQUINA OU CINEMATOGRAPHIQUE"





Enfant, le monde des Miss, vous faisait rêver ?


Honnêtement, petite je feuilletais les encyclopédies que mes parents nous offraient à mes frères et moi; j’étais fascinée par les pyramides, l’Egypte, les autres continents ; ce qui me faisait rêver c’était de pouvoir voyager pour explorer le monde, la diversité culturelle… Petite, je rêvais d’un monde meilleur où règnerait l’amour, un monde où nos choix seraient la réalisation de nos espoirs et non de nos peurs.


A titre personnel ce fut une aventure humaine, d’apprentissage à une meilleure connaissance et valorisation de moi-même pour gagner en confiance. Devenir Miss, était pour moi un moyen de transmettre un rayonnement d’amour et d’espoir.



Comment votre carrière dans l’univers de la beauté a-t-elle démarré ?


Tout a commencé, lorsque mes camarades de classe du lycée Hôtellerie

Restauration de Baimbridge m’avaient choisi et cru en ma représentation pour

être Reine du lycée, avec la préparation de mon professeur Mme LEANDRE ; ce

qui m’avait valu le titre de deuxième dauphine Reine du Carnaval des Lycées en 1996.





Puis j’ai été approché par des agences pour des projets publicitaires, des

coiffeurs et stylistes pour des défilés en tant que mannequin, également les

associations pour devenir ambassadrice de beauté : représentante de la commune de Goyave où je résidais, puis 2 ème dauphine à Miss Guadeloupe en 1998, suivi de mon titre de Miss Guadeloupe International 2003 avec ma participation au concours international et prestigieux de Miss Monde (ce fut

une première pour la Guadeloupe !); représentant directement mon île la Guadeloupe à l’autre bout du monde en Chine, offrant ainsi une visibilité de notre culture sur tous les médias du monde. Avec l’obtention de la place de 23 ème sur 106 candidates et le prix Miss World Elegance 2003.





Avoir été Miss permet-il de décrocher par la suite le métier de ses rêves ?


Pour certaines Miss c’est un tremplin afin de poursuivre dans le milieu du showbizz,

mannequina ou cinématographique…

De mon expérience et mon point de vue, cette démarche relève de notre personnalité

surtout de nos choix, notre volonté à réaliser nos projets personnels et professionnels, nos

rêves. C’est avant tout trouver sa vocation et sa mission de vie !




"NOUS AVONS LE CHOIX DES LORS QUE NOUS AVONS PLEINEMENT CONSCIENCE DES ENJEUX, ET SAVONS CE QUE NOUS VOULONS ET CE QUE NOUS NE VOULONS PAS."



Ces concours se déroulent toujours dans une atmosphère de conte de fées ?


C’est l’image qui est transmis aux téléspectateurs, cependant, vivre cette expérience nécessite un réel travail sur soi-même, avoir un accompagnement bienveillant et constructif, pour acquérir un apprentissage sur les codes à intégrer (rôle d’une Miss, « un métier » qui dure sur une année, tenues vestimentaires, démarches etc…), mieux se connaître, la valorisation de soi, la gestion de sa communication verbale et non verbale pour optimiser son potentiel, gagner en confiance, et profiter pour mieux se connecter aux autres dans le but de transmettre un message cohérent et fort, pour moi c’est apporter un plus à l’humanité. Probablement un conte de fée vu de l’extérieur ! L’expérience de chaque candidate est différente selon son positionnement de vie, l’investissement et la qualité d’accompagnement de l’organisation envers les candidates.



Quels ont été les moments les plus difficiles à gérer lors de votre parcours de Miss ? Côtoyez-vous encore aujourd’hui

d’anciennes Miss? Si oui, lesquelles et que sont elles devenues ?


Le moment le plus difficile que j’ai eu à gérer lors de mon parcours de Miss, fut

outre le fait de me dépasser et surmonter le grave accident de la route survenu

le 31 mai 2002, ce qui m’avait valu une longue hospitalisation avec rééducation

pour réapprendre à marcher (durant 6 mois), et sans compter que ma vie avait

complètement changé après cette expérience de mort imminente.

J’avais relevé un énorme challenge en participant à ce concours de beauté en

décembre 2002, une manière de me convaincre que j’étais bien vivante et que je pouvais poursuivre dans le milieu de la beauté si exigeant malgré mes cicatrices et ma fragilité physique du moment. Par exemple : je ne pouvais pas marcher longtemps avec les talons hauts (ce qui est handicapant pour une Miss).


C’était une opportunité pour moi de transmettre un message d’espoir et de motivation aux personnes qui après un accident ou une maladie se sentent diminuées, vivent une baisse d’estime de soi considérable, n’ont plus le goût de continuer à vivre, prendre soin de soi, continuer à s’aimer malgré les blessures, cicatrices et souffrances, pour voir la beauté dans les choses simples de la vie. Oui, les épreuves nous fragilisent, nous font douter surtout de nous-mêmes. Pourtant, malgré ses effets néfastes, peuvent se dessiner aussi, les fondations de celui ou de celle que nous serons demain; car ces épreuves si difficiles à

vivre nous font grandir; elles font émerger en nous des ressources insoupçonnées face aux difficultés, à l’adversité, à devenir plus fort, d’être autrement pour s’épanouir et devenir la meilleure version de soi.





Revenait à cette même période ce qui semblait problématique pour certains concernant mon identité; car mon métissage selon certaines croyances limitantes, ne pouvait légitimer mon appartenance à être une Guadeloupéenne. J’ai eu également la lourde tâche de légitimer mon couronnement de Miss Guadeloupe International qui fut une première de représenter directement le département de la Guadeloupe au prestigieux concours international de Miss Monde en 2003. Ce qui a engendré une certaine division d’opinions de la population entre la fierté de se voir représenter directement à un concours international avec l’écharpe Guadeloupe, et de l’autre pourquoi pas en tant que Miss France ?!



Pour ma part, loin de toute idéologie politique, j’ai été très fière de représenter la Guadeloupe à ce concours mondial. Car à mon grand étonnement très peut des personnes rencontrées en Chine connaissaient notre île. J’avoue que cela m’avait beaucoup interpelé, l’une des raisons qui m’avait motivé et donné l’envie d’entreprendre pour créer une marque de jouets à l’image de notre culture afin de faire découvrir nos contes et légendes au plus grand nombre et par la même faire connaître notre belle Guadeloupe et ses spécificités. KaruCalin ma première entreprise créée en avril 2005 et marque déposée qui avait été primée au The Bizz Awards 2007 par la World Confédération Of Businesses USA. Malheureusement, une activité qui a cessé à la suite de ma séparation avec mon mari, père de ma fille et designer de KaruCalin.




Successivement, j’ai entrepris une deuxième activité en créant Lauranza D.S

Consulting en tant que consultante avec une polyvalence : assistante juridique

dans un cabinet d’avocats, Présentatrice de la météo pour Guyane la 1 ère ,

Présentatrice du journal Info 10 sur Canal 10. Tout en poursuivant une

formation professionnelle au métier de Consultant Coach, Coach Expert en

Image Personnelle et Professionnelle, et créer le cabinet Harmony Coaching by

Lauranza en 2011 qui est à ce jour mon activité principale.


Oui, j’ai gardé le contact avec des Miss de la promotion du concours de Miss

Monde 2003, mais également d’autres concours, je garde de bons souvenirs, et

nos échanges sont toujours aussi enrichissants et constructifs. D’ailleurs, j’ai une pensée pour mon amie Béatrice TEJOU qui fut Miss Basse-Terre, 1 ère dauphine de Miss Guadeloupe 1998 où moi je fus la 2 ème dauphine ; elle a accompagné sa jeune fille Indira AMPIOT qui vient d’être sacrée Miss Basse-Terre 2022 c’est merveilleux ! Miss de Mère en fille, une aventure incroyable ! Je suis si heureuse pour elles, et souhaite une bonne continuation à Indira qui promet par ses qualités humaines, son intelligence, sa beauté

naturelle d’aller très loin.



Et puis, comme le dit si bien mon amie Sandra BISSON Miss Guadeloupe 2001 et 1 ère dauphine de Miss France 2002 : « Miss un jour, Miss toujours ! » . Elle est actuellement Présidente de l’association Guadeloupe La Belle pour recruter et préparer les candidates Miss Guadeloupe pour participer au concours national de Miss France, avec une équipe de bénévoles passionnés. Elle collabora avec une amie Sandrine DERRICK une femme adorable, nous avons souvent défilé ensemble ! Elle est chaperonne des candidates de Miss Guadeloupe pour Miss France au sein de cette organisation. Voyez comment les grands esprits se rencontrent dans une aventure de beauté et d’humanité ! J’ai aussi une amie Corine KANMANI Miss World Singapore 2003 qui est Coach en Image, une consœur, c’est formidable ! Ma confidente et amie lors du concours de Miss Monde Nathalie BERGICOURT de l’île Maurice, bienveillante avec toujours une pensée délicate et attentionnée. Il y a tant de connaissances dans le milieu de Miss et du Mannequina…




Beaucoup à vous raconter, car toutes sont à mes yeux de belles personnes avec

des parcours fabuleux et passionnants !

J’admire toutes ces femmes qui font de leur mieux pour évoluer, et donner à

leur tour le meilleur d’elles-mêmes, j’encourage et félicite leur chemin de vie

avec les hauts et les bas que l’on peut rencontrer, car nous restons avant tout

des êtres humains, et je leur souhaite le meilleur !

Je constate qu’il y a dans nos parcours cette similitude : la motivation de

transmettre pour aider d’autres à rayonner en conciliant beauté et bien-être.

C’est cela notre mission de vie !


L’univers de la mode a été ébranlé par plusieurs scandales dont celui du dictat de la maigreur dénoncé par certains modèles. Quel est votre avis à ce sujet ?


A mon humble avis, nous sommes tous unique et possédons une singularité qui fait notre charme, une lumière en nous qui n’attend qu’à rayonner pour que chacun prenne conscience de sa beauté intérieure qui dépasse tous les codes et exigences imposées. Il est temps de s’apprécier, s’accepter et s’aimer avec nos différences. Oui, nous vivons dans une société, comprenant des codes, parfois qui manquent de souplesse, de tolérance envers la différence; où trop souvent nous devons nous conformer, nous adapter. L’idéal serait de ne pas se perdre de vue, s’annihiler, mais bien d’Etre en accord avec soi, s’épanouir pour vivre la vie qui nous correspond dans le respect de notre nature profonde. Je ne crois pas me tromper, qu’il est intéressant de faire le point sur notre réelle motivation, nos besoins, faire la part entre ce qui est possible et impossible selon nos ressources du moment, ce qui est à travailler pour atteindre son objectif, ce qui permet de faire émerger notre vocation pour tel métier. Ainsi mieux se préparer pour intégrer les valeurs de l’entreprise et ses exigences, ou créer sa propre entreprise, pour innover, faire bouger le monde. Nous avons le choix dès lors que nous avons pleinement conscience des enjeux,

et savons ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas. Personnellement, cela ne me dérangerait pas que les critères de sélection puissent évoluer en intégrant toutes les différences. Je trouverais normal et appréciable d’assister à un défilé de mode ou les

mannequins seraient la représentation de toutes les morphologies. Car le marché du prêt à porter habille bien toutes les femmes du monde, ce, malgré les différences de taille ?!




" LE FAIT DE TROUVER DES TENUES ADAPTEES A MES RONDEURS, JOUER AVEC LES COULEURS, CONTINUER A ME METTRE EN VALEUR NOURRISSAIT MON ESTIME, ME PROCURAIT UN BIEN-ETRE. "








La lutte contre l’anorexie est devenue un enjeu majeur, avez-vous déjà été face à ce type de comportement ? Vous est-il déjà arrivé de vous priver ou de voir une collègue se priver

pour décrocher un concours, une élection ?


Personnellement, je ne me suis pas encore retrouver face à ce type de comportement, je suis sensible concernant le sujet puisque c’est un trouble du comportement alimentaire qui est l’expression même d’un profond mal-être. J’ai pu explorer cette pathologie lors de ma formation Psychopathologie et étude de cas, ce qui me permet d’avoir une connaissance pour tenter de déceler le cas, le jour où je serai confrontée à une personne qui aurait besoin d’un accompagnement spécifique afin de l’orienté vers un professionnel compétent dans le traitement des TCA (psychologue, psychiatre, médecin…). A titre personnel, tout est relatif, et dépend de son état psychologique : J’ai vécu pour mon deuxième enfant une grossesse à risque avec un suivi médical particulier, qui m’a occasionné une prise de poids conséquente. Pourtant, j’ai bien vécu ma grossesse avec mes rondeurs, l’important était de

donner naissance à mon bébé, qu’il soit en bonne santé.


Le fait de trouver des tenues adaptées à mes rondeurs, jouer avec les couleurs, continuer à me mettre en valeur nourrissait mon estime, me procurait un bien-être, mine de rien, cela m’a permis de mieux vivre cette transformation. Par la suite, oui mon corps a changé, mais pour la bonne cause ; je me suis retrouvée avec moi-même, j’ai repris le sport, une hygiène alimentaire pour ne pas me complaire dans la prise de poids afin de préserver ma santé.

J’ai pris conscience et j’ai accepté avec amour le fait que j’avais hérité des gènes associés à l’obésité. Cela m’a demandé d’être plus vigilante pour maintenir une hygiène alimentaire adaptée, afin de limiter la prise de poids. Je vis avec mon temps, mon âge et accepte pleinement les changements naturels. Comme je le dit souvent à mes clients : « L’image de soi, est une image mentale de soi, qui décrit la personnalité psychologique et physique, détermine la confiance et l’estime de soi, c’est la vision que nous avons de nous lorsque nous visualisons notre apparence dans le miroir ou au travers du regard des autres.


Donc apprendre à s’accepter, s’aimer est le commencement d’une belle histoire d’amour avec soi-même, pour une vie sereine et confiante en l’avenir. » C’est un processus d’amour de soi, d’acceptation sans se complaire pour autant, car c’est continuer à travailler sur soi, entretenir son image personnelle, s’améliorer pour incarner la meilleure version de soi.



Quelles ont été vos plus grandes peurs concernant votre carrière après l’élection ?


Alors, dans mon cas, ce fut assez particulier, car à la suite de ma participation

au concours de Miss Monde, je me suis retrouvée contrainte de faire valoir mes

droits en menant une procédure judiciaire qui a duré 10 ans, à l’encontre de

l’organisation et dont le Président a été condamné sur tous les chefs

d’accusation.

A cette période, c’était la peur du regard et de ce que pensaient les autres,

alors que jamais, voir, très rarement une Miss se retrouve dans la situation

dans laquelle je mettais retrouvée avec un contrat non respecté par

l’organisation, et refus de me rembourser tous les frais avancés malgré leur engagement contractuel écrit et signé à me rembourser, sans compter les mensonges et diffamations dont j’avais été victime. Ce fut une période difficile, je remercie tous ceux qui étaient présents à mes côtés pour m’aider à surmonter cette difficile épreuve. Et, c’est avec résilience que j’ai effectué un bilan de compétence, et me suis lancée dans l’entreprenariat en créant ma marque et première entreprise KaruCalin Jeux Jouets et Loisirs.



" JE FAIS DE MON MIEUX ET AVEC PASSION. JE NE CESSE D'APPRENDRE, DEVELOPPER MA CREATIVITE, EVOLUER AVEC MON TEMPS; C'EST ENRICHISSANT HUMAINEMENT! "



Aujourd’hui, vous êtes coach et expert en image, parlez nous de votre activité. Pourquoi avoir choisi cette voie?


Depuis 10 ans j’exerce ces missions au sein de mon cabinet Harmony Coaching by Lauranza. J’ai la conviction que les métiers de la formation, du conseil, coaching expert en image et développement personnel permettent aux individus un épanouissement personnel et une meilleure crédibilité professionnelle grâce à une communication visuelle pertinente et une cohérence entre l’être, le faire et le paraître. Mes Engagements sont : d’accueillir avec bienveillance, d’écouter sans jugement, d’accompagner à mieux se connaître, mieux comprendre, mieux communiquer par son image, à se révéler selon ses profondes aspirations, à mieux vivre son évolution; d’accompagner à emprunter le chemin de vie qui

correspond et convient au client; d’accompagner à mettre en place des plans d’actions pour s’adapter au changement, et, devenir Acteur de sa vie. Dans un cadre sécurisé pour une confidentialité selon l’éthique du métier de Coach.




Dans le but de satisfaire ma clientèle, d’être toujours plus performante et à jour des nouvelles procédures j’ai rejoint le réseau des professionnels de l’AFIPP (Association Francophone pour l’image et la Posture Professionnelle) dont la fondatrice et Présidente est Mme Aude ROY une référence dans notre métier. Je fais de mon mieux et avec passion je ne cesse d’apprendre, développer ma créativité, évoluer avec mon temps; c’est enrichissant humainement ! J’ai également créé une marque d’accessoires de qualité vegan et éthique « Sois unique, c’est ton pouvoir ! », afin de transmettre un message fort, plein de sens et d’amour.


Je profite pour remercier ceux et celles qui m’ont accordé leur confiance et ont bien voulu faire le témoignage de leur expérience sur mon site professionnel

www.harmony-coaching.fr





"J’AI EU LA REVELATION DE MA VIE, ME DECOUVRIR A NOUVEAU COMME ETANT UNE PERSONNE HPE. "



Quels sont vos secrets pour réussir dans le secteur du coaching ? Quels sont vos atouts ? L’attitude est elle l’une des clés ? Pour quelles raisons ?


C’est l’authenticité et l’humain qui prime avant tout, surtout avoir suivi une

formation professionnelle, avoir fait un travail sur soi-même, en continu et superviser, en adoptant une approche méthodologique, être à l’écoute, accueillir avec bienveillance, avoir de l’empathie, vouloir accompagner une personne à lever les leviers, rayonner pour atteindre ses objectifs, se révéler et s’épanouir dans sa vie personnelle et professionnelle. Gardant à l’esprit que le client coaché reste le Maître d’œuvre, il détient en lui ses propres solutions.

Pour un accompagnement constructif et réussi il me semble primordial de respecter une stricte déontologie du métier de Coach. Mes atouts, probablement la cohérence entre mes expériences et la pratique de mon métier, mon investissement pour mon suivi continu et superviser qui est la garantie d’une qualité de mon accompagnement.

Mon leitmotiv et mon engagement auprès de mes clients coachés : Leur réussite est ma réussite !

Le leadership bienveillant est avant tout une question de posture, d’attitude et de confiance. Un bon Coach écoute respecte et responsabilise son client coaché, lui offre les moyens d’être au sommet de ses compétences. Selon Socrate : « Le coaching est l’art d’aider une personne à trouver ses propres solutions ».

Maxwell Maltz a écrit : « Le bonheur est une question d’habitude, d’attitude, et s’il n’est pas appris et exercé au moment présent, il ne peut jamais être expérimenté. »


" J'AI ETE HARCELE, MALTRAITE D'UNE VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE HORS-NORME PAR DES PROPOS INJURIEUX ET RACISTES SOUHAITANT MA MORT "



Vous êtes une mère, une chef d’entreprise influente et reconnue, est-il facile de combiner une vie de famille avec un travail qui implique de si grandes responsabilités ?


En effet, pas évident tous les jours de concilier toutes ces responsabilités, à mon humble avis l’organisation à son importance, et savoir déléguer ou décliner certaines responsabilités pour trouver un équilibre est salutaire pour préserver une bonne santé physique et mentale. Il est important d’être à l’écoute de soi, s’aimer davantage pour se mettre en priorité ainsi éviter de se retrouver surmener. Ma règle de base les 3P d’Eric Berne, un outil indispensable pour l’estime de soi ainsi apprendre à préserver un équilibre de vie : PROTECTION – PERMISSION – PUISSANCE !


​De plus en plus, de jeunes femmes sont prêtes à tout pour devenir mannequins et participer aux concours les plus prestigieux. Quels conseils leur donneriez-vous ?


« Il n’y a pas plus belle aventure au monde que de vivre la vie de vos rêves. » Oprah Winfrey Osez vivre et réaliser vos rêves tout en gardant à l’esprit que c’est une aventure

humaine qui vous permettra de grandir et vous épanouir dans votre vie personnelle.

A noter :

Lorsque l’on veut construire une vie professionnelle harmonieuse et pleine de sens, il me semble important de savoir ce qui a du sens pour soi, qui on est, quels sont nos moteurs, nos réelles aspirations… Identifier ses profondes aspirations, ses rêves, ses priorités, surtout se connaître ! Il est sage de s’informer sur les conditions proposées lors d’un recrutement avec contrat et trouver les réponses aux questions suivantes :

- Qui suis-je ?

- Mes valeurs ?

- Ce que je veux ?

- Ce que je ne veux pas ?

- Mon objectif à court, moyen et long terme ? …

Vos réponses à ces questions vous permettront de vous positionner selon votre véritable aspiration.



Quelles ont été les plus dures épreuves de votre vie ?


Ah… Il y en a eu ! Les plus dures épreuves de ma vie, les plus récentes ont été la période de 5 ans où j’ai été harcelé, maltraité d’une violence psychologique hors-norme par des propos injurieux et racistes souhaitant ma mort. Ce qui m’avait créée des fausses couches, une dépression, me retrouvée en état de stress post traumatique +++…

Et, oui, je suis humaine avec ma force, mes ressources et mes limites ! Cet acharnement fut criminel ! Je regrette, que la justice française n’ai pu faire valoir mes droits et me rendre justice sur le territoire Américain précisément à Puerto Rico d’où provenaient la majorité de ces appels malveillants, ceux-ci avaient été identifiés par les enquêtes de la gendarmerie à la suite de mes dépôts de plaintes. Bien heureusement, je poursuivais en continu ma supervision thérapeutique, ma formation à l’école le Dôjô Paris (Psychopathologie et études de cas), j’ai pu surmonter cette période difficile, et continue de me reconstruire. Car le travail sur soi-même en développement personnel, contribue à maintenir une hygiène

psychologique. Je déplore un certain laxisme sur la prise en charge des victimes de harcèlement. Car le harcèlement sous toutes ses formes en répétition de propos et d’agissements ayant des conséquences néfastes sur le plan physique ou psychique d’une victime, est un acte insidieux et criminel.


D’où tirez-vous votre force ?


De l’amour !

Comme souvent cette force trouve sa source dans les souffrances endurées qui nous donnent cette forme de sagesse, qui nous accompagne et nous guide. Oui, comme beaucoup d’autres, j’ai vécu des expériences difficiles, et un parcours atypique; mais au combien constructif pour mon propre développement personnel. Puisque je me suis affranchi de la peur du jugement et la peur du regard des autres, je vais vous faire une révélation pour lever un tabou sur un sujet qui peut aider plus d’un à mieux se connaître, se comprendre, et pour certains mieux comprendre le fonctionnement d’une personne qui pense différemment.

Cela me semble intéressant à découvrir, libérateur et constructif :

A la suite d’un témoignage que j’avais partagé sur FB Meta, Corinne une amie m’avait

partagé une vidéo qui parlait de l’enfer des Hauts Potentiels en me précisant ce message : « Car j’en suis certaine tu en fais partie (HPI, HPE…), tu te reconnaîtras ! ». J’avoue qu’en visualisant cette vidéo, je me suis retrouvée sur plusieurs points…

Cette découverte à attiser ma curiosité, à vouloir connaître davantage, surtout avant de m’identifier comme HP, il était important de trouver un professionnel expert dans ce domaine pour procéder au test requis.

J’ai donc fait cette démarche auprès du professionnel Mr Luc MARTRENCHAR Psychologue clinicien, Psychanalyste, Enseignant et Diplômé à Paris Descartes spécialisé dans la détection de surdouance chez les adultes et les enfants. Malgré mes doutes, ma curiosité m’a motivé à procéder à la passation à 40 ans, j’ai eu la révélation de ma vie, me découvrir à nouveau comme étant une personne HPE.

Mais wouaw… moi ? Impossible !

Multiples questions en tête se mélangent avec les doutes et les ah oui mais c’est vrai, je comprends mieux le pourquoi du comment, ma transparence, le sens de la justice, mes exigences sur les valeurs, la vérité en tout et pour tout, mon hypersensibilité, le fait d’être comme une éponge, cette empathie… Non !


Mais pourquoi je ne l’ai pas su plus tôt ?! etc… La phase de l’appropriation de son haut potentiel, cette découverte intime, que l’on a envie de partager avec ses proches pour se sentir comme libérer d’un fardeau, et tenter de co-créer une nouvelle méthode pour se faire mieux comprendre dans son environnement. Ou ne pas partager pour se protéger ! Pas grave, j’assume ! Voilà, un bouleversement ! Ce qui me permet aujourd’hui d’ajuster mon

positionnement de vie, faire quelques réglages car nous ne finissons jamais de travailler sur nous-même pour évoluer et s’épanouir. Le fait de ne pas l’avoir su plus jeune, m’a aidé à me construire d’une certaine manière et aujourd’hui, c’est une force !


C’est une étape, voir une épreuve, le découvrir est une révélation, où se dessine une nouvelle vie telle une renaissance et surtout de nouvelles

perspectives. Le plus beau de tout cela, c’est également l’héritage de mes

enfants, nous en parlons librement, nous explorons les sujets pour mieux

évoluer ensemble, ce qui leur permet de mieux se connaître, mieux gérer leurs

émotions et autres.

Et oui dans la vie, il n’y a pas de hasard, il y a des rendez-vous !









Qu’est ce qui fait votre bonheur aujourd’hui ?


Mon plus grand bonheur aujourd’hui est d’observer l’évolution et l’épanouissement de mes deux enfants pour lesquels je me voue corps et âme pour leur mieux être. Je partage la joie de mes clients lorsqu’ils parviennent à concrétiser leur projet, se révéler, se réaliser et s’épanouir; c’est gratifiant, et cela me procure du bonheur !


Sexy, glamour, élégante, classique quel terme vous définirait ?


Selon moi : classique et élégante ! Le confort prime avant tout, j’apprécie le classique indémodable, passe partout ; une harmonie des couleurs, alliant choix des accessoires et tenues vestimentaires. Un style romantique et classique.


Je suis à l’écoute de mon corps, depuis quelques années je ne porte plus des chaussures à talons hauts, raisonnable le bloc de 2 à 4 cm qui soulage le dos, comme le préconise mon Ostéopathe Cyrile.

​Quel est aujourd'hui votre rituel beauté ?


Mon rituel beauté outre les gestes quotidiens d’hygiène, me démaquiller le visage avec une huile, nettoyer mon visage avec un gel, puis l’application d’une eau tonique, enfin hydrater ma peau avec une crème, procéder à mes soins capillaires deux fois par semaine, de préférence avec des produits naturels.

Avoir une activité physique, actuellement : j’ai opté pour le yoga, maintenir une hygiène alimentaire, boire beaucoup d’eau pour s’hydrater, rester en bonne santé. Il est vital pour moi, de méditer pour détendre mon cerveau en ébullition avec ma pensée en arborescence, me ressourcer avec la nature : bain de mer, balade en pleine nature, cultiver et entretenir ma beauté intérieure vers l’extérieur passe par ces moments de relaxation et de bien-être.


Comment définissez-vous l’élégance ?


Pour moi, s’approprier les nombreuses subtilités de l’art de l’élégance et du bon look est un plaisir. Comme l’a si bien écrit Paulo Coelho : « L’élégance n’est pas une qualité extérieure, mais une partie de l’âme qui est visible aux autres. » je rejoins parfaitement cette vision, qui s’apparente à la beauté intérieure qui rayonne vers l’extérieur.

C’est apprendre à développer son image de soi par l’élégance qui est épanouissant et valorisant tant sur le plan personnel que professionnel. Car sourire à la vie, avoir une bonne estime de soi, une confiance en soi, sont des atouts qui apportent de l’élégance et incarnent la meilleure des tenues. A cela, je rejoins parfaitement la citation de Coco Chanel : « L’élégance, c’est quand l’intérieur est aussi beau que l’extérieur. »

Enfin, faites-nous voyager. Quels sont les deux sites que vous conseillez à nos lecteurs de visiter lors d'un séjour chez vousen Guadeloupe ?


La Guadeloupe l’île aux belles eaux, elle à la forme d’un papillon, un département français avec un groupe d’îles Les Saintes, Marie-Galante, la Désirade, situé dans le sud de la mer des Caraïbes. Il y a beaucoup de sites à visiter, je vous suggère : La Pointe des Châteaux à St François où vous pourrez admirer le paysage depuis la croix, vous y contemplerez les îles de la Désirade, Marie-Galante et par temps clair les Saintes et Basse-Terre. Vous avez un large choix de plages pour prendre un bain de mer et de restaurants pour déguster nos spécialités culinaires.





Découvrez la végétation luxuriante au Parc National de la Guadeloupe à Petit-Bourg, profitez pour découvrir le Parc Zoologique des Mamelles, puis prendre un bain de rivière dans l’un des sites comme : la Cascade aux écrevisses, la Rivière Corossol…


Votre mot de fin ?


Je souhaite le meilleur à toutes les personnes qui liront cette interview, que ce soit une source d’inspiration, d’espoir et d’amour :

« Survivre au pire et vivre avec la liberté d’Etre. » by Lauranza

Oser croire en ses rêves, oser apprendre de chaque expérience vécue et en tirer la leçon afin de continuer à avancer et gagner chaque pas pour vivre son épanouissement personnel ; ainsi nous contribuons à offrir le meilleur à l’humanité : l’AMOUR.

Oui, sourire à la vie même lorsque le contexte est difficile. Tout est possible en manifestant l’amour inconditionnel.

« Sois unique, c’est ton pouvoir ! » by Lauranza car « La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter. »Mère Teresa


Merci Annick pour ton attention, bonne continuation et continue de rayonner !




Entretien réalisé par Annick N'guessan






POUR PLUS D'INFORMATION SUR LAURANZA DOLIMAN, CLIQUEZ CI DESSOUS:












2 676 vues0 commentaire